Quelques articles sur la santé sur Distrimed.com

Le materiel medical sur le net

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR
LES PROTHESES DE HANCHE

Pr. J.P. MEYRUEIS
QUELQUES GENERALITES

L’articulation de la hanche unit le bassin (os iliaque) à l’extrémité supérieure du fémur (os de la cuisse).

La partie articulaire du bassin est une cavité hémisphérique qui porte le nom de cotyle. L’extrémité supérieure du fémur présente une tête, grossièrement sphérique, articulée avec le cotyle et reliée au reste du fémur par une zone fragilisée chez les personnes âgées du fait de la raréfaction osseuse, le col du fémur.

Du fait de son excentration par rapport au centre de gravité du corps, l’articulation de la hanche supporte à chaque pas et lorsque le sujet monte un escalier des charges considérables qui vont jusqu’à 4 fois le poids du corps.

Prothese de hanche - articulation de la hanche

La pathologie de la hanche est très fréquente.

La prothèse de hanche a révolutionné le traitement de nombreuses affections :

  • Fractures du col du fémur.
    Jusque vers les années 1950 les fractures du col du fémur entraînaient très souvent la mort des personnes âgées qui en étaient victimes. La consolidation se produisait rarement et exigeait de toute façon 3 mois de repos au lit. Cette longue immobilisation provoquait des complications très graves : escarres, infections urinaires et pulmonaires qui étaient responsables d’un très grand nombre de décès.

  • Usure et déformation articulaire par arthrose (coxarthrose) ou écrasement de la tête du fémur (nécrose).

  • Destruction articulaire par la polyarthrite rhumatoïde.

Les patients dont la hanche était détruite par une coxarthrose ou une autre pathologie étaient voués aux douleurs, aux cannes et à une impotence progressive et définitive.

LES DIFFERENTS TYPES DE PROTHESES
  • PROTHESES CEPHALIQUES

On désigne sous ce nom les prothèses qui remplacent seulement l’extrémité supérieure du fémur.

En 1947 Robert JUDET en France et Austin MOORE aux USA imaginèrent les premières prothèses céphaliques. Leur but était de permettre de lever très rapidement et de faire marcher les personnes âgées victimes d’une fracture du col du fémur, évitant ainsi les complications dues au repos forcé au lit.

La prothèse de MOORE en acier est encore utilisée dans certains centres hospitaliers chez des personnes âgées en raison de son prix très modéré.

L’inconvénient principal de la prothèse de Moore et de ses dérivées comme la prothèse de Thomson qui ne présentait pas d’orifices sur sa queue, est qu’elle frotte directement sur le cartilage du cotyle et use celui-ci progressivement. Cela entraîne des douleurs et au bout de quelques années une tendance à la pénétration progressive de la tête de la prothèse dans le bassin. L’utilisation des prothèses céphaliques doit donc être réservée au sujet très âgé, marchant peu, et dont l’espérance de vie est limitée.

Prothese de hanche - Prothèse de Moore

Prothèse de Moore

  • PROTHESES INTERMEDIAIRES

Pour limiter l’usure du cotyle par le frottement des prothèses céphaliques de nouvelles prothèses dites intermédiaires sont apparues.

La première fut celle de CHRISTIANSEN. Le principe est de créer une articulation intra prothétique entre la tête et la queue. Lors des mouvements, la tête de la prothèse ne bouge pratiquement pas dans le cotyle ce qui limite l’usure du cartilage. La mobilité se produit essentiellement dans l’articulation de la prothèse.

Prothese de hanche - Prothèse de Christiansen

Prothèse de Christiansen

Cette articulation peut être rotatoire autour d’un axe comme l’avait imaginé CHRISTIANSEN. Cette solution a été reprise pour les prothèses de DEJOUR et pour les prothèses millimétriques, Clio et Circé.
La rotation peut s’effectuer autour d’une sphère.

Un autre avantage des prothèses intermédiaires est de permettre de régler la longueur du membre et la tension musculaire grâce à des manchons ou à des sphères de différentes profondeurs.

Prothese de hanche - Prothèse intermédiaire type millimétrique et Clio

Prothèse intermédiaire type millimétrique et Clio

Le dernier avantage fondamental de ce type de prothèse est qu’en cas d’usure du cotyle, malgré la prévention de celle-ci par la double rotation, le patient peut être réopéré, sans qu'on enleve la queue de la prothèse, en enlevant seulement la tête et le manchon ou la sphère et en mettant en place un cotyle prothétique et une sphère adaptée. On a alors transformé la prothèse intermédiaire en prothèse totale.

Les prothèses céphaliques et intermédiaires sont destinées essentiellement au traitement des fractures du col du fémur chez le sujet âgé.


  • PROTHESES TOTALES

Elles remplacent à la fois l’extrémité supérieure du fémur par une prothèse fémorale et le cotyle c'est à dire la cavité correspondante du bassin par un cotyle prothétique.

Elles sont donc destinées au traitement des affections qui touchent les deux surfaces articulaires. On les utilise également volontiers, dans certains cas, pour le traitement des fractures du col du fémur chez le sujet encore jeune afin d'éviter le risque d'usure du cartilage du cotyle.

Elles sont apparues dans les années 1960 grâce à MAC KEE et à John CHARNLEY en Grande Bretagne. Depuis cette date des centaines de modèles différents ont été conçus et utilisés


  • La prothèse fémorale

La queue est fixée dans le fémur. Elle comporte dans de nombreux cas une collerette qui vient s'appuyer sur la coupe osseuse du fémur.

Prothese de hanche - queue de prothèse fémorale

Le col est conique. Dans certaines prothèses il est mobile, ce qui permet de faire varier sa direction et sa longueur.

Prothese de hanche - col de prothèse fémorale

La tête était initialement fixe sur le col. C'est toujours le cas pour la prothèse de Charnley et la prothèse de Charnley-Kerboul. Tête, col et queue sont alors d'une seule pièce.

Prothese de hanche - Prothèse de Charnley

Prothèse de Charnley

Le plus souvent à l'heure actuelle la tête sphérique est amovible. Elle se fixe sur le col au cours de l'intervention par un cône morse. Dans ce cas elle existe en plusieurs tailles d'enfoncement sur le col ce qui permet de régler la tension musculaire et la longueur du membre.

Prothese de hanche - tête amovible

Le diamètre de la tête est variable. L'expérience a montré que les grosses têtes provoquaient une usure et un descellement plus rapide du cotyle prothétique. Elles ont été abandonnées.
Les petites têtes semblent se luxer plus facilement, bien que les statistiques à ce sujet soient discordantes.
Le diamètre de 28 mm semble à l'heure actuelle le plus utilisé car il réalise un bon compromis entre usure et risque de luxation.


  • Le cotyle prothétique

Il est encastré dans le cotyle osseux (c'est à dire la cavité du bassin qui s'articulait avec la tête du fémur) après ablation du cartilage restant et avivement osseux. Il comporte une cavité qui s'articule avec la tête de la prothèse fémorale.

Prothese de hanche - cotyle prothétique

Prothèse fémorale et cotyle prothétique existent en de nombreuses tailles ce qui permet de les adapter à la morphologie de chaque individu.

Dans quelques cas exceptionnels de malformation congénitale la prothèse peut être réalisée sur mesure, après détermination par scanner des dimensions nécessaires.

Decouvrez notre gamme de materiel medical dans notre boutique