Le materiel medical sur le net

Accueil » LES GESTES QUI SAUVENT
Retour au sommaire des gestes d'urgence

COMMENT REAGIR FACE A UN ACCIDENT ?


0) DEFINITION :

Le destin d'un blessé dépend souvent des premiers gestes accomplis immédiatement après l'accident. En l'absence de médecin, les témoins ont donc un rôle capital à jouer, mais pour cela ils doivent être formés au secourisme et connaître les gestes à accomplir et les erreurs à éviter.

Bien qu'il soit impossible de détailler les gestes à faire dans chaque cas de figure, la prise en charge d'un blessé répond pratiquement toujours à quelques règles d'or que nous allons évoquer ci-dessous.

1) GARDEZ VOTRE CALME :

Si vous vous laissez aller à la panique, vous augmenterez vos chances de commettre des erreurs et vous communiquerez votre peur aux autres personnes présentes. La plupart des initiatives malheureuses ou maladroites sont prises sous le coup de la panique.

Respirez profondément, et évitez de crier si cela n'est pas nécessaire.

2) ANALYSEZ LA SITUATION :

Regardez si tout danger est écarté ou s'il subsiste des risques (incendie, explosion, éboulement, fils électriques,...). Tâchez dans la mesure du possible de les supprimer, mais ne présumez pas de vos compétences (certains gestes ne peuvent être exécutés que par des spécialistes ou par plusieurs personnes) et ne vous mettez pas en danger vous-même.

Essayez de dénombrer les blessés et d'estimer la gravité de leur état. Ne vous fiez pas uniquement à l'aspect des blessures ou aux cris des victimes, car ils ne reflètent pas forcément la réalité. Les blessés prioritaires sont ceux qui présentent des hémorragies importantes, et ceux qui sont inconscients (en particulier ceux qui ne respirent plus ou dont le cœur ne bat plus).

En effet, une personne peut décéder en quelques minutes par suite d'une hémorragie ou par asphyxie alors que des gestes simples (compression, bouche à bouche, massage cardiaque, mise en position latérale de sécurité, ...) pourraient parfois la sauver.

Les autres blessures sont soit sans risque immédiat pour la vie de la victime, soit elles sont du ressort d'un professionnel.

3) APPELEZ LES SECOURS DES QUE POSSIBLE:

Le rôle de l'apprenti sauveteur n'est pas de se substituer aux secours (qu'il s'agisse des Pompiers (18), du SAMU (15), de la Police (17) ou d'un médecin traitant), mais d'essayer de limiter les dommages corporels subis par la victime, voire de la maintenir en vie en attendant l'arrivée de ces secours.

Alertez les secours dès que possible et fournissez leur un maximum d'informations utiles sur la localisation de l'accident, les risques subsistant, le nombre et l'état des victimes, ainsi que sur les mesures prises. Si vous êtes seul, l'alerte des secours devra passer après les gestes d'extrême urgence que sont le bouche à bouche, le massage cardiaque et l'arrêt des éventuelles hémorragies des victimes.

4) NE DEPLACEZ PAS INUTILEMENT UN BLESSE :

Tout déplacement d'un blessé peut entraîner des complications graves (surtout en cas de blessures à la colonne vertébrale), donc évitez autant que faire se peut de le bouger et administrez-lui les soins sur place.

S'il est impératif de déplacer un blessé pour parer à un péril imminent (voiture en feu, risque d'explosion, ...) procédez avec une extrême prudence en suivant les règles des dégagements d'urgence.

5) NE FAITES PAS BOIRE UN BLESSE :

Une erreur classique consiste à donner à boire à un blessé. Cela doit pourtant être évité car si le blessé est inconscient, il risque de s'étouffer. En outre, si le blessé doit être opéré rapidement, il est nécessaire que son estomac soit vide.

 

A) PERSISTE-T-IL DES DANGERS POUR LE BLESSE OU LES TEMOINS ?

 

 

 

A.a)

 

 

A.a) ESSAYEZ DE NEUTRALISER CES RISQUES.

Si cela n'est pas possible et si la vie du blessé est gravement menacée (et uniquement dans ce cas), opérez un dégagement d'urgence.

Suite

 

 

 

B)

 

 

B) LE BLESSE SAIGNE-T-IL ?

 

 

 

B.a)

 

 

B.a) ARRÊTEZ L'HEMORRAGIE :

  • Par une compression directe de la plaie, dans le cas d'une plaie simple.
  • Par une compression au niveau des "points de compression", dans le cas où un corps étranger est présent dans la plaie.
  • Par un garrot en dernière extrémité (si l'hémorragie ne cesse pas ou si vous devez vous occuper de plusieurs blessés).

Suite

 

 

 

C)

 

 

C) LE BLESSE EST-T-IL CONSCIENT ? (posez lui des questions simples comme "m'entendez-vous ?", "que ressentez-vous ?", frappez dans vos mains juste au dessus de son visage et regardez s'il réagit, ...)

  • Oui.

  • Non : Desserrez son col, sa cravate et sa ceinture puis basculez doucement sa tête en arrière (une main sur son front, l'autre main tirant son menton vers le haut). Cette manœuvre permet de rétablir le passage de l'air si la langue obstruait la gorge. S'il y a des risques d'atteinte de la colonne vertébrale ou de fracture du crâne, remplacer cette manoeuvre par une protrusion de la machoire.

    Suite.

 

 

 

D)

 

 

D) LE BLESSE RESPIRE-T-IL NORMALEMENT ? (regardez pendants une dizaine de seconde si sa poitrine se soulève. Approchez ensuite votre visage de sa bouche pour déceler un éventuel souffle et également estimer la qualité de la respiration (normale, difficile,présence d'un gargouillement,...) ).

  • Oui.

  • Non : Vérifiez qu'aucun corps étranger n'obstrue sa bouche, puis faites deux insufflations à la victime et regardez si elle ne respire toujours pas.

    Suite.

 

 

 

E)

 

 

 

 

 

F)

 

 

F) LE BLESSE A-T-IL UN POULS PERCEPTIBLE ? (La prise du pouls d'un blessé au niveau du poignet n'est pas toujours aisée, il est donc préférable de la prendre au niveau du cou chez un adulte et sur la face intérieure du bras chez l'enfant de moins de 1 an).

 

 

 

G)

 

 

 

 

 

H)

 

 

H) FAITES-LUI UN MASSAGE CARDIAQUE.

Suite

 

 

 

I)

 

 

I) LE BLESSE A-T-IL ETE BRÛLE ?

 

 

 

I.a)

 

 

I.a) ARROSER LA BRÛLURE PENDANT AU MOINS 10 MINUTES.

Suite

 

 

 

J)

 

 

J) LE BLESSE PRESENTE-T-IL UNE PLAIE GRAVE ?

 

 

 

J.a)

 

 

J.a) ALLONGER LE BLESSE.

Allongez systématiquement le patient tête basse et jambes fléchies, sauf si il présente une plaie du thorax avec gène respiratoire. Dans ce cas il doit être placé en position demi-assise.

Suite

 

 

 

K)

 

 

K) LE BLESSE EPROUVE-T-IL UN MALAISE ?

 

 

 

K.a)

 

 

K.a) ALLONGER LE BLESSE.

Allongez systématiquement le patient tête basse.

Suite

 

 

 

L)

 

 

L) LE BLESSE PRESENTE-T-IL UNE FRACTURE OU UNE ENTORSE ?

 

 

 

L.a)

 

 

L.a) IMMOBILISEZ LE MEMBRE ATTEINT.

Suite

 

 

 

M)

 

 

M) ALERTER LES SECOURS

Ensuite attendez les secours en restant avec la victime et en la rassurant.

Attention ! les conseils ci-dessus ne remplacent pas une formation au secourisme dispensée par un organisme agréé ou une association habilitée (Croix Rouge, Protection Civile,...). Seule une telle formation vous permettra de pratiquer le secourisme avec un maximum d'efficacité et de sécurité.
Decouvrez notre gamme de materiel de secours et de premiere urgence dans notre boutique
Le materiel medical

A propos de votre santé

Les gestes d'urgence

Petites annonces médicales

La rubrique coeur et santé

Les maisons de retraite

Les sites sur la santé