Les maisons de retraite sur Distrimed.com

Le materiel medical sur le net

VOUS RECHERCHEZ DES MAISONS DE RETRAITE
DANS VOTRE REGION OU EN FRANCE

QUELQUES RESIDENCES FIGURANT SUR DISTRIMED.COM
ETRETAT : MAISON DE RETRAITE L'ETOILE DU MATIN
MAISON DE RETRAITE L'ETOILE DU MATIN - ETRETAT
Adresse : Maison de retraite Tiers Temps L'Étoile du Matin - Avenue Damilaville BP 31 - 76790 Étretat
Téléphone : 02 35 10 39 93
MONTS SUR GUESNES : RESIDENCE LES SCEVOLLES
RESIDENCE LES SCEVOLLES - MONTS SUR GUESNES
Contact : Anne PERROT
Adresse : Résidence Les scevolles, 1 allée des 4 Tilleuils - 86420 Monts-sur-Guesnes
Téléphone : 05 49 22 82 60
Fax : 05 49 22 57 12
SAINT MAUR DES FOSSES : RESIDENCE SEVIGNE
RESIDENCE SEVIGNE - SAINT MAUR DES FOSSES
Adresse : Résidence Sévigné, 83 rue du Pont de Créteil - 94100 Saint-Maur des fossés
Téléphone : 01 41 81 46 46
Fax : 01 41 81 46 81

Les Structures d'Accueil pour Personnes Âgées

Le Foyer Logement :
Formule intermédiaire entre le domicile et la maison de retraite, les foyers logement accueillent des personnes indépendantes mais qui ont besoins d'un cadre sécurisant. Les retraités vivent dans des appartements individuels (studios ou F2) qu'ils aménagent avec leurs meubles. Ils ont le statut de locataire et disposent de locaux communs et de services collectifs (restaurant, blanchisserie, animations...). Selon les établissements, le locataire peut bénéficier de l'aide personnalisée au logement ou de l'allocation de logement.

Les Résidences Services :
Formule d'hébergement qui s'adresse à une clientèle valide ou semi-valide. Les retraités peuvent acheter ou louer un appartement dans un ensemble hôtelier spécialement conçu et équipé pour leur fournir des prestations adaptées à leurs besoins : restauration en salle à manger ou à domicile, bar, bibliothèque, salle de spectacle, animations...

Les Maisons de Retraite :
Établissements assurant l'hébergement de personnes âgées semi-valides, invalides, désorientées et fournissant obligatoirement des services comme les soins et les repas. Sur place l'assistance paramédicale est variable selon les établissements. L'équipe est souvent composée d'aides-soignantes salariées et  d'infirmière(s) libérale(s) ou salariée(s), renforcée par la présence d'un ou plusieurs médecins extérieurs et spécialistes. Lorsqu'elles sont conventionnées, les maisons de retraite publiques ou privées ont un prix de journée fixé par la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales). Si elles ne sont pas conventionnées, leur prix de journée est libre.

Le Cantou :
"CANTOU" signifie en Occitan petit coin, coin du feu. Il s'agit d'unités de vie destinées aux personnes âgées  désorientées ou souffrant de troubles mentaux ( ex : Maladie d' Alzheimer). Le personnel d'encadrement est diplômé et formé à la prise en charge des personnes désorientées. Le bâtiment ou l'unité peuvent également être aménagés plus spécialement pour la surveillance et la sécurité des résidants ( ex: caméras de surveillance, gestion de personnes fugueuses,...).

Les Unités de Soins de Longue Durée :
C'est la nouvelle dénomination des établissements hospitaliers de longs séjours. Ils assurent l'hébergement des personnes dont l'état de santé nécessite une surveillance médicale permanente et des soins constants.

La Grille AGGIR

Le nombre de personnes âgées dépendantes est en augmentation constante. La définition de la dépendance couramment admise, est le besoin d'une tierce personne pour effectuer les actes de la vie courante. (se laver, se déplacer, s'alimenter, s'habiller). La dépendance est considérée comme lourde lorsque la personne ne peut accomplir seule trois des quatre actes élémentaires. Dans ce cadre, la grille Aggir (Autonomie Gérontologique Groupe Iso-Ressources) a été élaborée au cours de l'année 97, pour déterminer les ressources nécessaires à la prise en charge d'une personne dépendante.

La grille AGGIR est actuellement utilisée par les conseils départementaux pour l'attribution de la prestation spécifique dépendance (voir rubrique PSD) dans le cadre de la loi 97-60 du 24 janvier 1997, mais également en institution pour évaluer la charge en soins ou répartir le personnel, et par certains assureurs dans le cadre de l'assurance dépendance.

La grille AGGIR permet donc d'évaluer l'autonomie de la personne et de regrouper les malades en six groupes Iso-Ressources. L'état de santé des patients est appréhendé par les degrés d'autonomie, les consommations d'aide par les niveaux de dépendance.

Cette grille a été élaborée par des médecins de la sécurité sociale, de la Société Française de Gérontologie ainsi que des informaticiens. C'est l'outil légal d'évaluation de la dépendance dans le cadre de la loi 97-60 du 24 janvier 1997 depuis sa désignation par le décret 97-427 du 28 avril 1997. Son objectif est la gestion des ressources.

Principes de la grille AGGIR

L'observation porte sur les activités effectuées par la seule personne âgée, en excluant tout ce que font les aidants et les soignants. Les aides matérielles et techniques sont considérées comme faisant partie de la personne (lunettes, prothèses auditives, fauteuil roulant...).

La grille AGGIR est composée de 10 variables discriminantes :

1er - COHERENCE (converser, se comporter de façon logique et sensée)
2ème - ORIENTATION (se repérer dans le temps et les lieux)
3ème - TOILETTE (hygiène corporelle)
4ème - HABILLAGE (s'habiller, se déshabiller, se présenter)
5ème - ALIMENTATION (se servir et manger les aliments préparés)
6ème - ELIMINATION (assurer l' hygiène de l'élimination urinaire et anale)
7ème - TRANSFERT (se lever, se coucher, s'asseoir)
8ème - DEPLACEMENT A L'INTERIEUR (avec ou sans canne, déambulateur,...)
9ème - DEPLACEMENT A L'EXTERIEUR (dans la rue, sans moyen de transport)
10ème - COMMUNICATION A DISTANCE (utiliser le téléphone, la sonnette...)

Chaque variable a 3 modalités :
A : fait spontanément seul, habituellement et correctement (sans être incité).
B : fait partiellement ou non habituellement ou non correctement.
C : ne fait pas
"Seul" correspond à "fait spontanément seul" et suppose qu'il n'existe pas d'incitation et donc aucune stimulation.
"Habituellement" est la référence au temps.
"Correctement" est la référence à l'environnement conforme aux usages et mœurs.
Il s'agit d'une grille et non d'un questionnaire. Le médecin évaluateur est donc libre d'apprécier les dépendances (ci-dessus) à sa façon.

Les Groupes ISO-Ressources

La définition de ces groupes ne peut être réalisée que par le traitement informatique. A partir des items retenus, l'ordinateur définit les groupes correspondant en utilisant un algorithme.

Le groupe 1 - GIR 1: Il s'agit de personnes ayant perdu leur autonomie mentale, corporelle, locomotrice et sociale et qui nécessitent une présence indispensable et continue d'intervenants. Dans ce groupe se trouvent, entre autres, des personnes en fin de vie.

Le groupe 2 - GIR 2 : Deux sous groupes essentiels composent le groupe 2 :

  • A / Les grabataires lucides ou dont les fonctions mentales ne sont pas totalement altérées, mais qui nécessitent une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante. La plupart n'assurent pas seules tout ou partie de l'hygiène de l'élimination, de la toilette, de l'habillage, et de l'alimentation. Ces personnes nécessitent une surveillance permanente et des actions d'aide répétitives de jour comme de nuit.
  • B / Les déments déambulants ou détériorés mentaux graves qui ont conservé totalement ou significativement leurs facultés locomotrices ainsi que certaines activités corporelles que, souvent, ils n'effectuent que par le fait d'être stimulés. La conservation de leurs activités locomotrices induit une surveillance permanente, des interventions liées aux troubles du comportement et des aides ponctuelles mais fréquentes pour certaines activités corporelles.

Le groupe 3 - GIR 3 : Il s'agit essentiellement de personnes ayant conservé leur autonomie mentale et partiellement leur autonomie locomotrice, mais qui nécessitent quotidiennement et plusieurs fois par jour des aides pour leur autonomie corporelle. Ils n'assurent pas majoritairement leur hygiène de l'élimination tant anale qu'urinaire. Ils ne nécessitent pas une surveillance permanente.

Le groupe 4 - GIR 4 : Deux groupes essentiels dans ce groupe :

  • A / Ceux qui n'assument pas seuls leurs transferts, mais qui, une fois levés, ont des activités de déplacement à l'intérieur du logement et qui doivent par ailleurs être aidés ou stimulés pour la toilette, l'habillage et dont la presque totalité s'alimentent seuls.
  • B / Ceux qui n'ont pas de problèmes locomoteurs mais qu'il faut aider pour les activités corporelles y compris pour les repas.

Ces deux sous-groupes ne concernent, plus des personnes n'assumant pas seules et totalement l'hygiène et l'élimination, mais des personnes nécessitant des aides ponctuelles ou partielles. Pour ces personnes les aides de tiers sont indispensables au lever, aux repas, au coucher et ponctuellement sur demande de leur part.

Le groupe 5 - GIR 5 : Toutes les personnes de ce groupe assurent seules leurs transferts et les déplacements à l'intérieur du logement, s'alimentent et s'habillent seules. Elles nécessitent une surveillance ponctuelle qui peut-être étalée dans la semaine et des aides pour la toilette, la préparation des repas et le ménage. Ce sont des personnes ayant besoin pour l'essentiel d'heures d'aides ménagères.

Le groupe 6 - GIR 6 : Il regroupe des personnes qui n'ont pas perdu leur autonomie pour les actes de la vie courante.

Les groupes 5 et 6 au domicile

En institution (maisons de retraite), l'environnement prend normalement en charge la continuité de la sécurité des personnes et fournit les denrées et autres produits nécessaires à la vie courante. Au domicile, il en est autrement et pour les groupes 5 et 6, il convient de prendre en compte deux nouvelles variables :

  • Le déplacement à l'extérieur;
  • L'utilisation des moyens de communication à distance pour appel en cas de besoin.

Les groupes 5 et 6, se répartissent donc en trois sous-groupes chacun :

  • Sous-groupe C : La personne à besoin de tiers pour que soient apportés à son logement les produits nécessaires à la vie courante ou ne peut en cas d'urgence alerter son entourage; il s'agit d'une personne confinée.
  • Sous-groupe B : La personne nécessite une surveillance et des actions
  • Sous-groupe A : La personne n'a pas de problèmes majeurs et permanents.

La codification A, B, C pour ces sous-groupes reprend la logique des modalités des variables discriminantes.

L' allocation d'autonomie attribuée est de 100 % si le patient présente une dépendance le classant dans le groupe Iso-Ressource 1, puis dégressive jusqu'à 7 % dans le groupe 6.